Georges Chelon

Georges Chelon est un chanteur compositeur français né à Marseille en 1943. Après des études en sciences politiques, il décide de se dédphoto Chelonier à la chanson. En 1964, il est repéré par le directeur artistique René Vanneste qui permet d’enregistrer la même année son premier album 45 tours. Georges Chelon connait rapidement le succès et décide alors d’abandonner les sciences politiques pour se dédier à la chanson à plein temps. De ses premiers succès, on retient Le Père Prodigue, chanson autobiographique dans laquelle il explique comment son père a abandonné sa famille alors qu’il n’avait que 7 ans. Dès ses débuts, Georges Chelon compte sur la collaboration d’artistes de renom : Lucien Lavoute, Alain Barrière ou encore Salvatore Adamo. Georges Chelon sort son deuxième album en 1966 qui recevra le Prix de l’Académie de a Chanson Française.

Georges Chelon se produit dans un paysage musical dominé par le genre yéyé. Le yéyé décrit une vague de musique pop d’inspiration anglo-saxonne (adaptation française du yeah) mélangeant rock et twist et dont les représentants sont Johnny Hallyday ou encore Sylvie Vartan. Georges Chelon se place à contre-courant du mouvement yéyé avec un habile de thèmes sérieux traités de manière naïve et introspective.

Malgré certaines chansons engagées telles que Crève Misère ou encore Pauvre Monde, la génération de Mai 68 le considère trop sentimental, seulement capable de parler d’amour. En parallèle, Georges Chelon reçoit très peu de temps d’antenne à la radio. En réaction, ce dernier étend petit à petit ses sources d’inspiration et le ton de sa composition, alternant dans son répertoire humour foudroyant (le Cosmonaute, Leslie), drames mondiaux actuels (L’enfant du Liban) et engagement social (Nucléaire). Ses chansons sont d’inspiration populaire et puisent dans notre vie de tous les jours.

Malgré une présence médiatique moins intense fans les années 70 et 80, Georges Chelon continue à produire de son titres de talent tels que Tous les deux comme hier ou Orange et citron. En récompense pour son travail accompli, il reçoit en 1985 le titre de Chevalier des arts et des lettres et en 2011 le titre de Chevalier de l’ordre national du mérite.

Décidé à mettre en musique l’intégralité de l’œuvre phare de Charles Baudelaire, il publie en 2006 un premier album dédié aux Fleurs du Mal dont l’intégral paraitra en 2009.